Vous êtes ici : Accueil (Ardèche) > Déclaration de la fédération des Sgen-CFDT au CSE du 11 décembre 2008
Article
Publié le 12 décembre 2008, modifié le 23 juin 2013

Déclaration de la fédération des Sgen-CFDT au CSE du 11 décembre 2008

Ce CSE se déroule dans un contexte de mobilisation contre la politique budgétaire qui ne faiblit pas.

Sur tous les dossiers : suppressions du samedi matin, suppression des Rased, suppression des moyens pour les associations complémentaires, suppression des structures de Bep, suppression d’enseignements en lycée, suppression des IUFM, et surtout suppression des emplois, la politique ministérielle est très facilement résumable à l’application dans l’ Education nationale des choix budgétaires qui sont des choix idéologiques. Le Sgen-CFDT a dénoncé et dénonce ces choix. Il l’a montré dans ses mobilisations.

Pour autant, nous réaffirmons que l’immobilisme n’est plus possible, que le système éducatif doit être transformé. Nous assumons notre responsabilité d’organisation syndicale, ni corporatiste, ni démagogique, ni accompagnatrice, qui a le projet de défendre les personnels et le service public d’éducation.

Sur le primaire, nous défendons l’idée d’une autre organisation de l’école, sur la base de ce qui a été négocié et obtenu notamment concernant l’utilisation des 60h et les horaires décalés. La suppression des 3000 postes de Rased est sur ce point une trahison de la parole donnée et des engagements du ministère.

Sur le lycée, nous défendons et respectons notre engagement établi par les points de convergence. La réforme proposée, à ce jour et compte tenu des mesures annoncées s’en éloigne voire s’en affranchit. Cette réforme n’est pas la nôtre.

Nous sommes engagés, avec plus de 20 organisations et associations complémentaires dans la construction d’un projet pour le lycée qui refuse à la fois l’éternel retour en arrière, et une réforme menée à la hussarde qui risquerait, si des inflexions positives ne sont pas mises en oeuvre, d’aboutir à une situation pire que l’existant. Nous serons très attentifs aux mesures qui doivent préciser la maquette de la nouvelle seconde et qui devraient être annoncées le 16 décembre par le ministre ;

Sur les lycées professionnels, objet principal de ce CSE, nous assumons totalement notre engagement dans la démarche de négociation menée avec le ministère. Le projet de grille et d’arrêté tel qu’il est présenté n’est pas le nôtre, mais il a intégré un certain nombre de nos revendications, nous y reviendrons plus précisément dans les discussions. Il reste cependant un grand point d’interrogation sur les moyens qui seront donnés pour assurer les travaux de groupe, l’aide aux élèves et les projets, en dehors des deux heures déjà prévus dans l’horaire élève. Nous n’accepterons pas une dotation qui ne permettrait pas d’assurer les réponses aux besoins des élèves, alors que cette exigence est explicitement formulée dans les décrets.



Lire aussi : Lycées professionnels : le point



Cet article a reçu 495 visites.

Imprimé à partir du site Sgen-CFDT de l’académie de Grenoble, http://cfdt.alpviv.org le 14/11/2019