Vous êtes ici : Accueil (Haute-Savoie) > Inquiétude dans les CIO : lettre ouverte au Recteur de l'Académie de Grenoble
Article
Publié le 22 septembre 2011, modifié le 13 avril 2013

Inquiétude dans les CIO : lettre ouverte au Recteur de l’Académie de Grenoble

Au moment où l’académie met en avant la personnalisation des parcours, les personnels des CIO, COP et DCIO, inquiets sur l’avenir de leurs services, souhaiteraient connaître la place que le Recteur entend leur accorder dans la mise en œuvre du projet académique en cours de réécriture. Le Sgen-CFDT de l’Académie de Grenoble lui pose la question dans une lettre ouverte datée du 20 septembre 2011.

Lettre ouverte au Recteur de l’Académie de Grenoble.

« Monsieur le Recteur,

En cette rentrée 2011, nous tenons à vous faire part de la grande inquiétude des personnels des CIO de l’Académie. Ces derniers sont en effet dans la plus complète incertitude quant à leur avenir au sein de l’Education Nationale et du Service Public de l’Orientation, quant à la définition de leurs missions auprès de leurs publics, scolaire et non scolaire, jeunes et adultes , quant au devenir de leurs services de rattachement, les CIO.

La restructuration du réseau des CIO a vu à cette rentrée la disparition d’un certain nombre de CIO de proximité. Qu’en sera t-il à la prochaine rentrée, alors que les missions énoncées dans le nouveau décret du 23 août 2011 restreignent l’activité des COP aux scolaires et aux jeunes adultes ? A la lecture de ce texte, nous constatons un appauvrissement majeur du rôle des services d’orientation et de leurs personnels, un repli sur la seule Education Nationale qui marginalise ses services d’orientation au lieu de les articuler au service public de l’orientation (SPO). Quelle incidence sur la labellisation de nos services qui ont pourtant toute leur place dans le SPO dans le cadre de l’Orientation tout au long de la vie ? Par ailleurs, les personnels perçoivent comme une menace l’ambiguïté qui enveloppe la question de leur affectation : CIO ou établissement, sans préciser le type d’établissement.

Les CIO sont grandement fragilisés par la poursuite du mouvement de réduction des postes engagés depuis 2003 et de fermeture des centres.

Dans notre académie, le recours aux personnels contractuels devient la règle, compte tenu de l’indigence du recrutement en personnels formés.

Les CIO s’enfoncent dans les difficultés matérielles. Les Directeurs de CIO se retrouvent face à l’injonction d’avoir à faire tourner leurs services sans en avoir les moyens et sans aucune visibilité sur l’avenir.

Les CIO d’Etat qui ont vu disparaître leur antenne ou ont en charge un secteur scolaire plus étendu du fait de la fermeture d’un autre CIO, vont devoir faire face à des frais de déplacement accrus, sans qu’aucune information ne soit donnée aux directeurs sur les moyens de les assurer.

Les CIO à gestion départementale sont dans l’attente des décisions des Conseils Généraux, quant à la poursuite de leur financement, suite à l’avis du Conseil Constitutionnel émis le 13 juillet 2011. Trois CIO sont particulièrement concernés dans l’Académie : Valence, Annecy et Chambéry. A Chambéry, en particulier, le budget alloué au CIO par le Département ne permettra pas d’assumer les charges globales de fonctionnement dès le mois d’octobre. Le service du CIO auprès des établissements scolaires ne pourra être poursuivi faute de moyens en frais de déplacement et d’outils pour assurer les bilans d’orientation, le Conseil Général refusant de valider les bons de commande émis par la directrice.

Nous considérons que les CIO sont des maillons essentiels du Service Public de l’Orientation et à ce titre doivent être préservés sur les territoires, au service du public, qu’il soit scolaire, non scolaire, jeune ou adulte.. La disparition des CIO signifierait la fin d’un service public gratuit et de proximité, ouvert à tous.

Au moment où l’académie met en avant la personnalisation des parcours, les personnels des CIO, COP et DCIO, inquiets sur l’avenir de leurs services, souhaiteraient connaître la place que vous entendez leur accorder dans la mise en œuvre du projet académique en cours de réécriture. »




Cet article a reçu 672 visites.

Imprimé à partir du site Sgen-CFDT de l’académie de Grenoble, http://cfdt.alpviv.org le 29/02/2020