Vous êtes ici : Accueil (Haute-Savoie) > Reconversions et adaptations des personnels enseignants : les positions du Sgen-CFDT
Article
Publié le 23 mai 2012, modifié le 22 novembre 2012

Reconversions et adaptations des personnels enseignants : les positions du Sgen-CFDT

Suite à la demande du Sgen-CFDT, un groupe de travail "reconversions des personnels enseignants" s’est réuni le 15 mai 2012. L’occasion pour le Sgen-CFDT d’affirmer ses positions.

Le Sgen-CFDT, FO et le SE étaient présents, le SNES-FSU, le SNUEP-FSU et le Snetaa étaient par contre absents. Nous avons affirmé les positions suivantes :

Le contexte de suppressions de postes, mais aussi d’évolutions de diplômes, de contenus, de flux d’élèves et de sections impactent plusieurs champs disciplinaires dans l’enseignement technique et professionnel. Des personnes sont donc obligées de changer de discipline ou dans une situation telle qu’elles préfèrent changer de discipline. Or l’adaptation à l’emploi et la reconversion sont de la responsabilité de l’employeur. En termes de Gestion des Ressources Humaines et de Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences, il faut sortir du simple traitement au cas par cas qui ne répond pas à de tels enjeux.

Pour une étude prospective :

L’administration rectorale doit se doter d’une étude prospective

  • qui mette en évidence l’évolution des besoins par discipline : pour celles en surnombre, pour celles qui sont en tension, pour de nouvelles disciplines au niveau académique mais aussi par territoire.
  • qui évalue la population des enseignants concernée : nombre, pyramide des âges au niveau académique mais aussi par territoire.

Informer les personnels

L’administration rectorale doit aussi se donner les moyens d’informer les personnels et d’expliciter les enjeux en terme d’évolution en réunissant les personnels concernés à l’échelon territorial pertinent.


Garantir la sécurisation des parcours des personnels 

Une fois le cadre posé, l’objectif doit être de garantir la sécurisation des parcours des personnels qui pourront se positionner :

  • sur une adaptation de leurs compétences (ex. des enseignants de STI2D).
  • sur un changement de discipline (ex. de la comptabilité vers la vente).
  • voire sur un changement de métier (ex. documentaliste, chef d’établissement...). Alors le rôle du rectorat devra être d’aider à formuler les projets et de les accompagner (proposer des bilans de compétences...).

Ce dispositif doit reposer sur un protocole

Dans ce protocole :

  • le droit à la formation doit être reconnu et ne pas se réduire à une auto formation ni à une télé formation en précisant les contenus et les modalités de la formation (universitaire, stage, ....)
  • les conditions de validation doivent être explicitées.
  • les procédures d’affectations, de changement de discipline, de corps doivent être précisées.
  • le droit au retour en cas d’échec doit être explicité.

Nos propositions, en permettant aux personnels de construire un projet, doit leur permettre de ne pas subir ce sentiment de dévalorisation lié à une évolution forcée.




Cet article a reçu 842 visites.

Imprimé à partir du site Sgen-CFDT de l’académie de Grenoble, http://cfdt.alpviv.org le 29/02/2020