Vous êtes ici : Accueil (Haute-Savoie) > La refondation sera pédagogique ou ne sera pas
Article
Publié le 9 octobre 2012, modifié le 13 novembre 2012

La refondation sera pédagogique ou ne sera pas

Le Sgen-CFDT partage complètement cette affirmation relevée dans le rapport de la concertation pour la refondation de l’école. Il approuve également l’expression « pédagogie de la mise en confiance ». Le texte, qui tente de présenter en une cinquantaine de pages les conclusions de deux mois de débats nombreux nourris et variés, est à la fois lucide sur les constats et n’a pas cherché à fabriquer de faux consensus. Sans faire un relevé exhaustif des éléments du rapport, voici les premiers points saillants pour notre organisation.

Le Sgen-CFDT se félicite de l’ébauche d’une école du socle commun par la priorité affirmée au primaire, l’organisation d’un continuum école collège avec des propositions intéressantes comme la notion de champs disciplinaires ou les échanges de service entre 1er et second degré. Mais, si la réaffirmation claire du socle commun est positive, le Sgen-CFDT n’est pas favorable à la nouvelle dénomination trouvée, qui se place trop dans une logique programmatique, dans le seul but de ménager certaines organisations syndicales. De même, une nouvelle répartition des moyens devra s’accompagner d’une forte transformation dans le second degré, faute de quoi les conditions de travail des élèves et des personnels continueront de se dégrader.

Même si des pistes sont tracées sur l’évolution du métier et des carrières, les analyses portées sur la formation sont décevantes, et ne rendent pas compte de la richesse des échanges. La reconnaissance de la diversité des missions, notamment, aurait pu être plus clairement affirmée. D’autre part, le Sgen-CFDT approuve évidemment sans réserve l’idée d’un tronc commun de formation pour tous les enseignants. Cependant, le rapport ne va pas au-delà du voeu pieux sur la nécessité d’une formation en alternance cohérente et progressive car il ne tranche pas la question du concours. Les propositions du gouvernement devront être plus novatrices pour éviter la reconduction des défauts du système actuel.

Le rôle affirmé de la région dans le pilotage de la carte des formations et dans la construction d’un service régional de l’orientation se rapproche des propositions que nous avons exprimées dans notre Mémorandum. De même, l’inscription des P.E.L dans la future loi nous paraît une proposition positive. Le Sgen-CFDT regrette l’absence de propositions concernant le baccalauréat et, plus généralement, l’évolution des lycées, lesquels pourront d’autant moins fonctionner à l’identique qu’ils ne sont pas prioritaires dans l’attribution des moyens.

Les recommandations sur la gouvernance, centrées sur la relation avec les collectivités territoriales, mais abordant peu le niveau des établissements et la question des hiérarchies intermédiaires sont trop limitées.

Sur l’éducation prioritaire , si le Sgen-CFDT est en accord avec la proposition de calcul des dotations, il réaffirme la nécessité de mettre en oeuvre une politique ambitieuse, mobilisant tous les acteurs publics, sur les territoires les plus en difficultés.

Au final, aujourd’hui, le Sgen-CFDT attend qu’en s’appuyant sur ce rapport, mais sans hésiter à sortir d’un consensus tiède, le ministre propose à la Nation une nouvelle loi d’orientation qui permette réellement de refonder l’école de la République. Il demande aussi la mise en place d’un agenda social pour permettre d’engager des négociations avec les personnels sur la mise en oeuvre de cette future loi.

Aujourd’hui, à l’heure où le Président de la République s’exprime sur la Refondation, à la Sorbonne, le Sgen-CFDT lance son blog « Reconstruire l’école » pour alimenter le débat http://blog.sgen.net/reconstruirelecole




Cet article a reçu 418 visites.

Imprimé à partir du site Sgen-CFDT de l’académie de Grenoble, http://cfdt.alpviv.org le 29/02/2020