Vous êtes ici : Accueil (Savoie) > Mauvais pour les enfants, mauvais pour les communes
Article
Publié le 8 juin 2017, modifié le 8 juin 2017

Mauvais pour les enfants, mauvais pour les communes

Le projet de décret sur les rythmes scolaires a été rejeté, jeudi 8 juin, à la fois par le Conseil supérieur de l’éducation (CSE) et par le Conseil national d’évaluation des normes (CNEN). Les deux instances ne votaient pas sur les mêmes points, la première se positionnait sur l’organisation du temps scolaire du point de vue de l’intérêt de l’enfant, tandis que la seconde s’est prononcée sur les conséquences financières pour les collectivités locales de ce texte visant à permettre le retour à 4 jours de la semaine scolaire.

Malheureusement, ces conseils ne sont que consultatifs.

La situation actuelle n’est pas parfaite et pouvait être améliorée, mais ce qui est proposé revient à renoncer à impulser toute politique éducative territoriale. Pire, cela risque fort d’entrainer l’intensification du travail des élèves comme des enseignants, sans tenir compte des évaluations internationales qui montrent la nécessité d’un temps plus long et régulier d’apprentissage.

C’est aussi envoyer un signal très négatif aux élus, aux enseignants, aux animateurs, aux agents territoriaux et aux parents d’élèves qui pendant trois années se sont mobilisés pour créer, réfléchir, expérimenter, afin que cette réforme prenne tout son sens.

Cette analyse est confortée ce même jour (8 juin), par le groupe de travail constitué de quatre sénateurs présentait à la presse les conclusions de son rapport sur les rythmes scolaires "Peillon". Rapport qui ne sera publié qu’à la fin du mois. "Le projet du gouvernement de revenir sur les rythmes scolaires ne doit pas aboutir à une nouvelle désorganisation", a déclaré l’un d’eux, rappelant que les communes avaient "fait de gros efforts pour mettre en œuvre la réforme".

Quand aux communes beaucoup ne croient pas a la pérennité du fond de soutien.




Cet article a reçu 65 visites.

Imprimé à partir du site Sgen-CFDT de l’académie de Grenoble, http://cfdt.alpviv.org le 16/12/2017