Vous êtes ici : Accueil (test) > Intox et désinformation
Article
Publié le 16 mai 2020, modifié le 16 mai 2020

Intox et désinformation

Le 2 septembre, l’ineffable Nadine Morano a déclaré sur Canal + : « Nous adaptons la démographie des enseignants à la démographie scolaire ». Chiche !

Nadine Moreno dit-elle vrai ?

Le graphique qui suit (nombre d’enseignants présents devant les élèves, Métropole + DOM) montre une dimution d’environ 7% dans le second degré et une relative stabilité dans le premier degré.

figure 1 


Il faut le comparer à l’évolution du nombre des élèves (figures 3 et 4 ). Les effectifs élèves ont effectivement baissé d’environ 200 000 (6%) de 2002 à 2007 dans le second degré alors qu’ils augmentaient de 3% dans le premier degré .

On voit déjà que la baisse du nombre de postes est légèrement supérieure à celle du nombre d’élèves dans le second degré et la hausse des postes quasi inexistante dans le premier degré malgré l’augmentation des effectifs élèves. Dans le même temps toutes sortes de"réformes" (de moins en moins anodines) ont été mises en place pour essayer de maintenir le nombre d’élèves par "classe". Le ministère a ainsi :

  • essayé (sans succès !) de revenir sur les obligations de service des enseignants de second degré
  • RASED
  • enseignants mis à disposition des associations
  • réduction de la scolarité LP

De plus, dans le premier degré, la réforme des retraites de 2003 a très certainement conduit d’anciens instituteurs(trices) à différer leur départ en retraite, ce qui a permis un maintien temporaire des effectifs malgré la diminution du nombre de postes mis au concours .

La suite est plus inquiétante


A partir des statistiques sur les naissances (métropole + DOM),

figure 2 


on peut prévoir l’évolution suivante pour le nombre d’élèves :

figure 3 


figure 4 


Face à ces projections du nombre d’élèves, on voit que l’évolution du nombre des postes mis au concours

figure 5 

constitue :

  • soit une bombe à retardement, le ministère n’ayant rien vu venir
  • soit (ce qui semble plus vraissemblable) l’annonce d’une transformation profonde de l’éducation nationale dont les changements proches ne sont que des prémices :
    • suppression de l’année de stage
    • désintégration du remplacement par des titulaires
    • recrutement massif de non-titulaires ?



Cet article a reçu 1 visites.

Imprimé à partir du site Sgen-CFDT de l’académie de Grenoble, http://cfdt.alpviv.org le 21/10/2020